Par Edith OuelletDt.P., nutritionniste et conférencière

 

Faire l’épicerie, ça peut être bien compliqué. Quand vient le temps de choisir un produit alimentaire sur les tablettes, on a droit à un véritable défilé d’arguments de vente. Bien normal de ne plus savoir quoi mettre dans notre panier à l’heure où les allégations s’accumulent et s’affichent sur les emballages comme des plumes au bal du mardi gras.

D’un côté, on trouve des allégations nutritionnelles réglementées par Santé Canada et de l’autre des allégations santé générales de profession libérale. Comme ces allégations ne sont pas élaborées par le gouvernement, la seule condition qui les encadre est celle-ci : qu’elles soient “véridiques” et “non trompeuses”.

La marge de manoeuvre est donc assez grande pour les entreprises quand vient le temps d'afficher leurs allégations, et elles peuvent malgré tout porter à confusion. On a donc décidé de déplumer pour vous trois allégations qui « flirtent » bien trop souvent avec la limite.

1. « Ingrédients 100 % naturels »

On doit l’avouer, lorsque l’on voit le terme « naturel » bien identifié sur le devant d’un emballage, on a vite envie de croire que l’entreprise est allée s’approvisionner auprès d’un petit producteur responsable, isolé de toute activité industrielle. On aurait envie de croire qu'un aliment qualifié de « naturel » est plus nutritif ou meilleur pour la santé

En réalité, ce n’est pas tout à fait ça. Voici ce dont vous êtes réellement certain lorsque vous achetez un aliment dit « naturel » :

    • Aucune vitamine ou minéraux ajouté, aucun agent aromatisant artificiel ou additif alimentaire ;
    • Sa composition ou celle de ses ingrédients n’a pas été modifiée ou altérée avec des procédés comme la décaféination du café ou le blanchiment de la farine par l’ajout de produits chimiques, ou encore l’hydrogénation des huiles.

Et comme le souligne cette vidéo créée par Only Organic, cette tendance du “naturel” a encore de beaux jours devant elle.

La solution ? Ne jamais se fier à ce terme et lire la liste d’ingrédients. Et n’oubliez pas : une liste d’ingrédients à priori banale n’empêche pas que les produits soient pleins de pesticides, d’engrais chimiques ou d’organismes génétiquement modifiés car ça, c’est seulement la certification “biologique” qui peut vous le garantir.

2. « Sans arômes ou colorants artificiels » 

Arôme naturel

On retrouve parfois la mention « sans arômes ou colorants artificiels » sur des produits qui ne peuvent s’autoproclamer « naturel » tout simplement parce que des additifs, même naturels, y auront été ajoutés. Chose intéressante, vous pouvez voir cette même mention « sans arômes ou colorants artificiels » sur des céréales pour enfants aux couleurs de l’arc-en-ciel et au potentiel nutritif aussi satisfaisant qu’un sac de croustilles vide.

Qu’ils soient naturels ou non les arômes et les colorants s’accompagnent bien souvent d’une pelletée d’ajouts dont le seul but est de redonner du goût aux produits si transformés et ultra-transformés qu’ils ont perdu leurs saveurs naturelles en cours de route.

Mais alors, c’est quoi un arôme naturel ?

La réalité est que la seule différence entre un arôme naturel et artificiel est la provenance des molécules qui la compose! Dans le cas de l’arôme naturel, sa composition se base sur des molécules de provenance naturelle comme la banane, tandis que toutes les molécules présentes dans un arôme artificiel de banane auront été synthétisées en laboratoire.

Malheureusement, même pour l’arôme naturel, le processus d’extraction de l’arôme est bien loin d’être aussi simple que de se préparer un smoothie aux bananes. Et même si l’utilisation des arômes est très réglementée, on est loin de se rapprocher d’un aliment naturel et sain lorsque l’on parle de molécules aromatisantes qui viennent généralement avec leur lot d’ajouts comme le sel, le sucre ou même des rehausseurs de goût comme le glutamate monosodique.

Alors, choisirez-vous un arôme “naturel” de fraise dans vos céréales ou de bonnes fraises entières, juteuses et naturellement savoureuses?

3. « Pur à 100 % » 

Entre « sirop d’érable pur à 100 % » et « fait avec du sirop d’érable pur à 100 %», la ligne est mince et le résultat bien différent. Dans le premier cas, vous pouvez être certain que vos crêpes goûteront bel et bien le sirop d’érable. Dans le deuxième, un arrière-goût de sirop de maïs serait probable, puisque l’utilisation d’un ingrédient pur ne veut pas que c’est le seul ingrédient.

Bien que le terme « pur » ne devrait pas être utilisé pour présenter un mélange ou un aliment composé, plusieurs étiquetages passent le test au malheur des consommateurs. Encore une fois, lire la liste des ingrédients s’avère être la meilleure façon de réellement savoir ce que l’on met dans nos assiettes.

Si vous tenez réellement à manger plus sainement et à consommer des aliments ne contenant pas d’ingrédients produit d’une table de laboratoire, consommez tout simplement des aliments moins transformés, contenant le moins d’ingrédients possible, et cuisinez plus. D’ailleurs, la meilleure campagne marketing autour du « naturel » serait sans aucun doute celle qui vous convaincra de cultiver vos propres légumes ou de les acheter biologiques et de faire vos muffins maison !


Vous n'en revenez toujours pas qu'un produit contenant pesticides, produits chimiques et OGMs puisse être qualifié de "naturel" ? C'est le temps d'en apprendre plus sur les vrais enjeux, de vous impliquer et de devenir snacktiviste !

Et n'oubliez pas de partager ce texte avec vos amis ! 

 

Références :

  1. Gouvernement du Canada (2012). Les allégations nutritionnelles. Repéré à https://www.canada.ca/fr/sante-canada/services/comprendre-etiquetage-aliments/allegations-nutritionnelles.html.
  2. Agence Canadienne d’inspection des Aliments (2018). Allégations relatives à la méthode de production : Nature, naturel. Repéré à http://www.inspection.gc.ca/aliments/etiquetage/l-etiquetage-des-aliments-pour-l-industrie/allegations-relatives-a-la-methode-de-production/fra/1389379565794/1389380926083?chap=2
  3. Agence Canadienne d’inspection des Aliments (2014). Image, vignettes, logos et marques de commerce : Images, vignettes et logos. Repéré à http://www.inspection.gc.ca/aliments/etiquetage/l-etiquetage-des-aliments-pour-l-industrie/images-vignettes-logos-et-marques-de-commerce/fra/1388352402139/1388352491636?chap=2
  4. Agence Canadienne d’inspection des Aliments (2017). Allégations relatives à la composition et à la qualité : allégations relatives à la composition. Repéré à http://www.inspection.gc.ca/aliments/etiquetage/l-etiquetage-des-aliments-pour-l-industrie/composition-et-qualite/fra/1391025998183/1391026062752?chap=2#s7c2